Qu'est-ce que la déforestation ?  Et que pouvons-nous faire pour retrouver un équilibre entre les arbres et l'Homme ?

Dans cet article, nous nous focalisons sur la déforestation au nom de la production de papier. Qu’est-ce que la déforestation ? Qu’y a-t-il de si mal avec la déforestation ? Et que pouvons-nous faire pour aider ?

C’est le premier article d’une série se focalisant sur l’impact de l’industrie papier sur notre environnement. 
Nous aborderons quelques-uns des problèmes majeurs et nous nous demanderons si, et comment, nous pourrons rééquilibrer notre amitié avec les arbres.

Le papier. Même en cette ère numérique, il est rare qu’un jour passe sans que nous ayons à interagir avec un produit à base de pulpe de bois : une tasse en carton, un ticket de caisse, une boîte de céréales, des mouchoirs, un sac de course fantaisie, un journal, des livres, des magazines…

Certains de ces objets deviennent progressivement obsolètes en faveur de la numérisation, du moins dans certaines régions du monde. En ce début de XXIe siècle, nombre d’entre nous se sont forcés à arrêter d’imprimer des courriels (sérieusement, les gars !). Mais il est toujours difficile d’imaginer nos vies sans certains produits en papier. Et la triste vérité est que 14% de la déforestation est réalisée pour satisfaire notre grand appétit pour les objets en papier [1]. Cela équivaut à la destruction d’environ 4,1 millions d’hectares de forêt chaque année au nom de notre obsession du papier – une superficie de la taille des Pays-Bas tous les 365 jours.

Chez Paper on the Rocks on ne trouve pas cela acceptable. Toi oui ? Pas sûr ! Continue ta lecture pour découvrir pourquoi nous voulons mettre fin à la déforestation et à l’industrie polluante des pulpes et du papier.

 

Qu’est-ce que la déforestation ? Et pourquoi faisons-nous cela ?

La déforestation consiste à défricher de vastes étendues d’arbres, en grande partie par l’activité humaine. Mais pourquoi ?
Ici après se trouve quelques-unes des excuses que nous utilisons pour nous permettre de détruire les forêts (et souvent, les plantes et les espèces animales qui vivent parmi elles) :

  • Défricher le sol pour l’agriculture afin que nous poussions planter des plants de palmiers à huile (pour produire de l’huile de palme), du soja (pour produire de la nourriture pour nous et nourrir le bétail avec divers produits à base de soja, et d’autres cultures.
  • Créer de l’espace pour les élevages de bétail, en réponse à la demande mondiale croissante de bœuf
  • L’expansion des zones urbaines, construction de nouveaux axes de transport et projets immobiliers.
  • Et, bien sûr, fournir à l’industrie papetière la pâte de bois à transformer en produits en papier et en carton, ce sur quoi nous nous concentrons aujourd’hui.

Qu’y a-t-il de si mal dans la déforestation et dans l’industrie du papier ?

Notre biodiversité dépend de nos forêts

La majorité de la biodiversité mondiale (l’énorme éventail d’insectes, oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, plantes et arbres) y habitent et dépendent de ces forêts. C’est là qu’ils ont évolué durant des centaines de milliers d’années. La déforestation peut anéantir à tout moment d’énormes quantités de cette incroyable richesse. D’après le Living Planet report, de WWF, le niveau actuel de déforestation fait des espèces vivant dans nos forêts pluviales les unes des plus menacées du monde.

Les forêts absorbent le dioxyde de carbone et nous alimentent en oxygène

Les arbres nous gardent en vie. Ils créent de l’oxygène que nous respirons et retirent et stockent le dioxyde de carbone nocif, ce qui aide à réduire le réchauffement climatique. Nous sommes complètement dépendants d’eux. C’est aussi simple que ça.

La déforestation rejette plus de carbone dans l’atmosphère

Comme mentionné ci-dessus, les arbres stockent notre dioxyde de carbone, qui est rejeté lorsqu’on les coupe, qu’on les brûle ou que nous les transformons en pulpe pour la production de papier. Alors, comme vous pouvez vous en douter, cela contribue au réchauffement climatique. Les scientifiques estiment que 23% des émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine résultent de la perte de nos forêts  [2]. C’est de loin beaucoup plus que la quantité créée par toutes les voitures et camions qui parcourent nos routes, estimé à 14% par le réseau mondial sans voiture.

Faire pousser de nouvelles forêts n’est pas la même chose que de conserver nos forêts existantes.

Bien sûr, il est préférable de compenser la destruction de forêts séculaires par la création de nouvelles forêts que de ne rien faire du tout. Dans certains cas. Par exemple lorsque nous faisons pousser de nouvelles forêts de manière réfléchie, en mettant la biodiversité en avant-plan, et que nous protégeons ensuite ces arbres de la déforestation.

Mais remplacer la richesse d’une ancienne biodiversité de forêt et un sol de haute qualité par des monocultures à croissance rapide (beaucoup de plantes d’une même espèce poussent les unes à côté des autres), le tout alimenté par le désir de gagner de l’argent, peut avoir des effets dévastateurs.

Par exemple, les Incendies de forêts mortels que le Portugal a enduré durant les derniers étés ont largement été causés par la plantation et la mauvaise gestion d’arbres d’eucalyptus. Ces arbres croissent rapidement, sont parfaits pour être coupés et transformés en pâte de bois mais ils sont terribles pour la biodiversité car il est très difficile pour les autres espèces d’arbres de pousser à leurs côtés, et même les insectes ne les aiment pas. Ils sont également très inflammables à cause de l’huile naturelle qu’ils contiennent.

Le bilan semble assez mauvais, n’est-ce pas ?

 

Alors que pouvons nous faire pour retrouver un équilibre et renouer une amitié avec les arbres ? Comment pouvez-vous compenser la déforestation de manière significative ?

Il n’y a pas que des histoires sombres – il existe des exemples de réussite (on peut en trouver plusieurs dans  cet article du « the Guardian ») – et il y a plusieurs grands acteurs déterminés à changer les choses pour un mieux., comme le gouvernement norvégien, qui a banni la déforestation depuis 2016 [3].

Mais si nous voulons que les choses changent nous devons tous y participer – en tant qu’individu, citoyen du monde, travailleur, propriétaire d’entreprise et politicien.

Dans chaque article de cette série, nous vous suggérerons quelques manières de faire la différence. En voici deux par lesquelles commencer :

  1. Mettez-vous au défi de ne plus utiliser de papier à usage unique.
    Commencez par une semaine et voyez combien de temps vous pourrez continuer. Cela impliquera de refuser les emballages, dépliants et tickets papier inutiles. Nous parlons toujours d’utiliser moins de produits en plastique à usage unique – il en va de même pour les produits en pulpe et en papiers.
  2. Pose des questions.Vous achetez quelque chose de nouveau ? Peut-importe si c’est un t-shirt, un carnet de note, un morceau de viande ou du tofu, pose des questions.
    Recherchez des réponses sur internet, demandez au magasin ou contactez le producteur directement. Quelle est l’origine du produit ? Est-ce que ça a été fabriqué équitablement, sans souffrance humaine et sans consommation inutile de ressources précieuses ? Si vous n’êtes pas satisfait de vos réponses, y a-t-il une alternative plus durable qui est disponible ?

Lectures complémentaires :

  • Le Living Planet Report 2018 récemment publié par WWF se concentre sur l’importance de la biodiversité, l’impact de la déforestation et plus encore.
  • Un rapport du New York Times sur les feux de forêts au Portugal en 2017, cherchant les causes et les impacts sur les communautés locales.
  • Greenpeace à des informations sur son site web  à propos de la déforestation et comment vous pouvez participer à leurs campagnes.

Références:

[1] Industrial Environmental Performance Metrics, Challenges and Opportunities – The Pulp and Paper Industry (1999)

[2] The Guardian’s Ultimate Climate Change FAQ – How do trees and forests relate to climate change? (April 7, 2010)

[3] Ecowatch article: Norway becomes world’s first country to ban deforestation (June 8, 2016)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *